Les partenaires EFL

Le projet de l'Étoile Ferroviaire Lyonnaise mobilise 5 partenaires et nécessite 310M d'euros d'investissement d'ici 2025.

Située à la convergence de 12 lignes ferroviaires européennes, nationales et régionales, l’Etoile Ferroviaire Lyonnaise (EFL) est extrêmement sollicitée et ses infrastructures arrivent en limite de capacité.
Afin d’améliorer la circulation des trains au sein de l’EFL, un plan de mobilisation à court et moyen terme
a été mis en place avec pour objectif un retour à
la qualité du système en agissant sur toutes les composantes : exploitation et conception des services horaires, régénération des installations, aménagements d’infrastructure pour renforcer le réseau.
Dans le cadre du déploiement de ce plan, SNCF Réseau a mis en place un partenariat politique et technique fort avec l’État, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, la Métropole de Lyon, le SYTRAL, SNCF Mobilités et l’Union Européenne.

Le projet d’amélioration de l’Étoile Ferroviaire Lyonnais (EFL) est un projet majeur soutenu par l’Union européenne (UE) depuis 2012. Il s’inscrit parfaitement dans la stratégie de l’Union pour établir d’ici 2030 un réseau central européen d’infrastructures de transport. Cette stratégie est mise en place au moyen de Corridors englobant tous les modes de transport et visant en particulier leur connexions pour faciliter le transport de passagers et de fret, durable et efficace. L’EFL se situe précisément à l’intersection de deux Corridors européens, l’axe Mer du Nord-Méditerranée et l’axe Méditerranéen. C’est dire son importance pour le fonctionnement du réseau ferroviaire européen. Le projet d’aménagement de l’Étoile Ferroviaire Lyonnaise présente donc une valeur ajoutée européenne considérable puisqu’il vise à libérer de la capacité, à améliorer la robustesse et la sécurité des circulations dans le nœud ferroviaire et sur les axes nationaux et internationaux le traversant.

L’État, dans le cadre de la loi d’orientation des mobilités, a engagé une transformation profonde de la politique des transports afin d’améliorer la mobilité au quotidien grâce à des services plus efficaces, plus propres et accessibles. Un des leviers d’action est notamment de redonner toute sa place au train autour des métropoles et dans les liaisons avec les villes moyennes.

Dans cette logique, la désaturation des grands nœuds ferroviaires est une priorité. Le préfet de région, Pascal Mailhos et ses services sont pleinement mobilisés pour améliorer le fonctionnement de l’Étoile Ferroviaire Lyonnaise. À ce titre, 60 % des crédits État du CPER ont été mobilisés sur les projets de mobilité, soit plus de 739 M€.

 

La Région Auvergne-Rhône-Alpes poursuit un effort soutenu d’investissement en faveur des infrastructures ferroviaires, l’ensemble étant conçu au service des projets de desserte TER et dans l’objectif d’améliorer la qualité du service offert aux voyageurs.

Ainsi, pour la Région, le traitement de la saturation de l’étoile ferroviaire lyonnais est une priorité. Car bon nombre de liaisons TER convergent vers ce grand carrefour ferroviaire, en provenance des territoires auvergnats et rhônalpins, notamment vers la gare de Lyon Part-Dieu. Aussi, les usagers doivent pouvoir compter sur des services de transport réguliers, fiables et ponctuels.

La Région s’engage donc et prend une part importante du financement de la trentaine de chantiers concernant l’ensemble de l’étoile ferroviaire lyonnaise.

Avec plus d’un million et demi d’habitants, la métropole lyonnaise est un carrefour ferroviaire de premier plan. Aujourd’hui, la majorité de la desserte régionale – en croissance constante – et une part importante de la desserte TGV nationale et européenne, passe par Lyon Part Dieu avec 37 millions de voyageurs accueillis en 2017.
Engagée dans une politique d’amélioration de la qualité de l’air au travers de son Plan Oxygène, la Métropole de Lyon soutient activement le développement les modes de déplacement non émissifs, alternatifs à la voiture individuelle. À ce titre, elle s’engage aux côtés de l’État, de la Région Rhône-Alpes et de la SNCF dans le projet de désaturation du nœud ferroviaire lyonnais, qui permettra à terme d’augmenter la capacité du réseau et de doubler le nombre de trains en circulation. Objectif : des mobilités facilitées et plus douces, une Métropole plus apaisée et plus respirable.